Témoignage de Jean Michel, guéri de son hépatite C : retour à une vie sociale Medelli
Mettre en favori

Témoignage de Jean Michel, guéri de son hépatite C : retour à une vie sociale

Cette vidéo est l’histoire de Jean Michel, ayant eu une hépatite C, traité pendant 17 ans, hospitalisé, en attente d’une greffe de foie et qui, enfin guéri en 2016 avec un nouveau traitement, partage avec vous ce message : n’hésitez pas à consulter et à être traité. Voici son témoignage.
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je connais les modes de transmission des hépatites Medelli
Mettre en favori

Je connais les modes de transmission des hépatites

Selon le type d’hépatite, le mode de contamination est différent. Bien connaitre les modes de contagion, c’est l’assurance de mieux se protéger.

Les hépatites sont-elles sexuellement transmissibles ?

Seule l’hépatite B est considérée comme une infection sexuellement transmissible.

L'infection à VHD, l'hépatite D, peut se faire de façon simultanée ou successive à l'infection par le VHB. Sa transmission est voisine de celle du VHB. La transmission du VHD par la salive reste, comme pour le VHB très controversée.
Dans de rares cas, les virus de l’hépatite A et de l’hépatite C peuvent se transmettre lors de l’acte sexuel.
Pour le virus de l’hépatite C, cette transmission se fait seulement au cours de pratiques sexuelles traumatiques (rapports avec extériorisation de sang), notamment anales. La transmission du virus de l'hépatite C par voie sexuelle est apparue comme suffisamment exceptionnelle pour ne pas justifier l'usage d'un préservatif pour un couple régulier dont l'un des partenaires est séropositif en dehors de la présence de lésions génitales ou de rapports pendant les règles.

Je voudrais me faire tatouer, y a-t-il un risque ?

Ce risque existe si votre tatoueur ne respecte pas des règles d’hygiène strictes.
Assurez-vous lors du tatouage qu’il respecte bien les règles suivantes :

Peut-on contracter une hépatite avec la nourriture ?

OUI. C’est le cas des hépatites A et E qui sont généralement transmises avec des aliments ou de l’eau souillés. Ce type de contamination se retrouve généralement dans les pays en voie de développement.
Lors de vos voyages renseignez-vous sur les zones de contamination : il existe un vaccin pour l’hépatite A mais pas pour la E. Vous devez vous faire vacciner contre l’hépatite A si vous voyagez dans une zone à bas niveau d’hygiène.

J’ai une hépatite, puis-je envisager une grossesse ?

Si vous avez une hépatite B, sachez que la transmission de la mère à l’enfant est extrêmement fréquente. Cette transmission expose alors votre bébé à un risque d’hépatite chronique. Pour éviter ce risque un test de dépistage est effectué pour toute femme enceinte avant le 3eme trimestre. Si le test est positif, dès sa naissance, votre bébé bénéficiera d’une prise en charge adaptée (sérovaccination).
Si vous avez une hépatite C, le risque de transmission est peu courant (3 % environ) mais possible. C’est pourquoi on recommande aux femmes souhaitant avoir un enfant d’être traitées avant la grossesse. Lorsque le bébé est contaminé, il guérit parfois spontanément.

Mon mari à une hépatite et je suis enceinte, peut-il contaminer notre bébé ?

Si votre mari est porteur d’une hépatite C ou B il ne peut pas la transmettre directement à votre bébé ; la contamination se fera par votre intermédiaire si vous aussi vous êtes infectée. Dans un couple, si l’une des deux personnes est infectée par le virus de l’hépatite B, la vaccination est indispensable pour protéger le partenaire sain. Le bébé d’une mère vaccinée contre l’hépatite B ne court aucun risque de contamination.

Il existe un vaccin pour l’hépatite A et B qui permet de se protéger efficacement contre ces infections.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner Medelli
Mettre en favori

Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner

5 000 nouvelles contaminations par le virus de l’hépatite B surviennent tous les ans en France, alors qu’il existe un moyen sûr et efficace de se protéger : la vaccination.

Contre quelles hépatites existe-t-il un vaccin ?

Il existe aujourd’hui des vaccins contre les hépatites A et B.

Pourquoi se faire vacciner contre l’hépatite B ?

Le virus de l’hépatite B est la deuxième cause identifiée de décès par cancer dans le monde.
Il est extrêmement contagieux : 100 fois plus que le VIH, par exemple. Il est aussi très résistant et peut persister plusieurs heures dans l’environnement.
En l’absence de vaccination à jour, vous pouvez être contaminé(e) :

  • Lors d’un rapport sexuel avec une personne infectée.

  • En cas de partage de drogues, de seringues ou de matériel d'injection ou de sniff (cuillère, coton, paille, etc.).

  • Lors d’un contact direct avec le sang d'une personne infectée.

  • En cas de partage de rasoirs, brosses à dents, ciseaux, coupe-ongles, pinces à épiler, bijoux de piercing, boucles d’oreilles…

  • Lors d’un tatouage ou d’un piercing, d’une séance d’acupuncture réalisés sans respect des règles d’hygiène.

Enfin, un nouveau-né non vacciné à la naissance peut être contaminé par sa mère si celle-ci est porteuse d’une hépatite B chronique.

Qui doit se faire vacciner contre l’hépatite B ?

La vaccination est obligatoire pour le personnel de santé exerçant en collectivité.
Il est recommandé de vacciner tous les nourrissons, les préadolescents (avant leur premier rapport sexuel), les personnes ayant des comportements à risque (rapports sexuels non protégés, partenaires multiples…), les personnes immunodéprimées (patients sous chimiothérapie, hémodialysés, malades du sida…), l’entourage familial d’un patient porteur du VHB, ainsi que les personnes habitant ou voyageant dans les régions à taux élevés d’infection par le VHB, c’est-à-dire l’Afrique, l’Asie, l’Amérique du Sud, l’Europe de l’Est.

Pourquoi se faire vacciner contre l’hépatite A ?

L’hépatite A est une infection aiguë du foie, due au virus VHA.
Sa transmission se fait par voie oro-fécale (eau et aliments). Elle est fréquente dans les pays en développement. Elle est plus rare, mais pas absente, là où les conditions d’hygiène sont bonnes.
Si la maladie est habituellement bénigne, elle peut entraîner des symptômes d’autant plus importants qu’elle survient à l’âge adulte ou dans un contexte de baisse des défenses immunitaires. Dans de rares cas, elle peut aussi évoluer sur un mode très aigu et entraîner une hépatite fulminante, dont le seul traitement est la transplantation hépatique. Mais, contrairement à l’hépatite B ou C, il n’existe pas de risque de développer une hépatite chronique avec le virus VHA.
Si vous prévoyez un séjour dans une zone à bas niveau d’hygiène, il est recommandé de vous faire vacciner.

Comment se fait en pratique la vaccination contre les hépatites A et B ?

Pour le vaccin contre l’hépatite B, 3 injections sont nécessaires. Le schéma classique est celui du « 0-1-6 », c’est-à-dire une injection initiale, puis la deuxième 1 mois plus tard et la troisième 6 à 12 mois plus tard.
Pour le vaccin contre l’hépatite A, une injection et un rappel 6 à 12 mois plus tard sont nécessaires.

Je dois me faire vacciner rapidement contre l’hépatite B, est-ce possible ?

Dans certains cas particuliers où l’immunité doit être acquise rapidement (voyage dans une zone endémique, profession exposée…), le schéma vaccinal peut être accéléré. Les trois doses sont rapprochées et sont réalisées avec un intervalle de 15 jours, puis une quatrième dose est administrée 1 an plus tard.

Existe-t-il des contre-indications à la vaccination ?

Il est préférable d’éviter la vaccination contre le virus VHB chez les patients souffrant ou ayant des antécédents familiaux de certaines maladies démyélinisantes du système nerveux central, comme la sclérose en plaques.

Il s'agit d'un principe de précaution : toute stimulation immune comporte un risque d'induire une poussée chez les patients atteints de SEP, sclérose en plaques, et dans cette situation, la vaccination doit obéir à une évaluation du risque encouru et du bénéfice (fonction du risque d'exposition au virus).

Peut-on vacciner un nourrisson ?

Oui. C’est même fortement recommandé car, à cet âge, la réponse vaccinale est optimale.
La vaccination contre l’hépatite B doit se faire le plus tôt possible, de préférence en même temps que les autres vaccinations du nourrisson.

Quelle est l’efficacité du vaccin contre l’hépatite B ?

La vaccination offre une protection chez 90 à 95 % des personnes vaccinées. Plus le vaccin est fait tôt, plus il est efficace. Avant 15 ans, il est, par exemple, efficace dans 99 % des cas contre seulement 70 % s’il est fait après 60 ans. Si un premier schéma vaccinal n’a pas entraîné l’apparition d’anticorps protecteurs (mesurés sur une prise de sang), votre médecin peut être amené à vous proposer une deuxième série d’injections, en particulier si vous présentez un déficit immunitaire.

Le vaccin est-il remboursé par la Sécurité sociale ?

Oui pour l’hépatite B. Il est gratuit dans les cas où il est obligatoire et remboursé à 65 % pour le reste de la population.

Pour l’hépatite A, le remboursement n'est possible que dans certaines conditions (personnes vivant avec le VHC, le VHB, ou personnes atteintes de mucoviscidose).

En cas d’atteinte par le virus de l’hépatite B, l’entourage et les proches du malade doivent impérativement être dépistés et vaccinés. Il est important de se faire vacciner contre l’hépatite A, si on envisage un voyage dans un pays à hygiène précaire.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Hépatites : je prends conscience de leurs complications Medelli
Mettre en favori

Hépatites : je prends conscience de leurs complications

Une hépatite peut conduire à des complications parfois très sévères.

Qu’est-ce qu’une hépatite ?

L’hépatite est une inflammation du foie qui va provoquer une destruction plus ou moins importante des cellules du foie (appelées les hépatocytes). Il en existe deux grandes catégories : l’hépatite virale ou l’hépatite non virale. Dans ce dernier cas, l’inflammation peut être provoquée par une consommation excessive d’alcool, une intoxication par un médicament ou un produit chimique, voire une infection par des bactéries ou des parasites.

Il existe 5 types d'hépatites virales (c'est-à-dire provoquées par un virus) : l'hépatite A, B, C, D (ou Delta) et E.

Une hépatite virale peut-elle guérir sans traitement ?

Oui, parfois. Une hépatite virale est généralement aiguë (c’est-à-dire qu’elle dure peu de temps) et guérit souvent spontanément. Seules les hépatites B, C, D (et E dans certains cas particuliers) sont susceptibles d’évoluer vers la chronicité.
Il est à noter que l’hépatite D ne peut survenir que chez les patients atteints d’une hépatite B chronique.
Une hépatite liée à la consommation de certains médicaments ou produits toxiques régresse à l’arrêt du produit.

Quelles peuvent être les complications d’une hépatite aiguë ?

La première complication d’une hépatite aiguë est le passage à la chronicité.
L’hépatite devient chronique lorsqu’elle persiste plus de 6 mois. C’est le cas de 10 % des hépatites B et de

70 % des hépatites C chez l’adulte.
La forme chronique de l’hépatite favorise l’apparition de complications.

Parfois, l’hépatite aiguë évolue vers une forme fulminante qui conduit à la transplantation hépatique en urgence.

Quelles sont les complications d’une hépatite chronique ?

Au cours d’une hépatite, des cellules du foie sont détruites. S’installent alors un phénomène de régénération des cellules et une cicatrisation, comme lors d’une blessure.
Dans le cas d’une blessure cutanée, le tissu qui forme la cicatrice a des caractéristiques différentes de celles du reste de la peau. Au niveau du foie, il en est de même : on parle de fibrose. Dans ce cas, le tissu devient plus dur, et il perturbe le fonctionnement normal du foie.
Lorsque ce phénomène est généralisé à l’ensemble du foie, on parle de cirrhose.
Plus d’un quart des hépatites chroniques conduisent à la cirrhose.
La cirrhose ne concerne pas seulement l’alcool, mais toutes les causes de maladies chroniques du foie.
La cirrhose peut évoluer vers un cancer du foie.

Quels sont les risques de complication d’une hépatite quand on est infecté(e) par le VIH ?

Le risque d’évolution des hépatites (principalement B et C) est plus important chez les patients infectés par le VIH. Le risque de passage à la chronicité est augmenté, notamment chez les patients les plus immunodéprimés.
La progression de la fibrose est plus rapide, l’apparition d’une cirrhose et d’un cancer du foie est plus fréquente.
Dans le cas d’une co-infection, le suivi des patients doit être plus rapproché et ceux-ci doivent être traités plus tôt.

La cirrhose entraîne la destruction progressive du foie qui ne peut plus fonctionner normalement. Le remplacement du foie endommagé peut être envisagé chez l’adulte jeune. Une greffe peut être programmée, et cela quelle que soit la cause de l’hépatite

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un gastro-entérologue
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement